Oui, alors nous avons reçu beaucoup de plaintes qui nous disaient que nous ne mettions plus à jour le beulogue assez régulièrement. Bon. Nous avons pris note. Mais il faut dire que bien que nous visitions toujours beaucoup de lieux, de quartiers, de monuments, la ville commence à perdre de sa nouveauté, malheureusement.

 

Nous sommes moins surpris par la vague jaune de taxis qui déferlent quand le feu passe au vert.
La hauteur des immeubles ne nous émeut plus autant qu'à notre arrivée.
Acheter dans une échoppe de rue des mûres à 3h du matin est devenu banal.
Nous supportons les dents ultra-blanches des wealthy people sans lunettes de soleil.
Les sirènes incessantes des camions de pompier ne nous réveillent plus la nuit.

 

Néanmoins, cette ville reste fascinante et nous continuerons à vous donner autant que faire se peut des nouvelles régulières.

Tenez, par exemple, ce week-end. Après une semaine maussade, le beau temps et la chaleur sont revenus tout de go, samedi matin, alors que nous expérimentions l'automne le vendredi. Soit dit en passant, cela ne nous a pas empêcher de passer une soirée mémorable, à commencer par un concert de yazz au 55 (Gretchen Parlato), puis un Yakitori sur la première avenue, le meilleur de New York selon les Japonais eux-mêmes (qui constituaient d'ailleurs l'unique clientèle excepté nous bien sûr, et deux chinoises dont une complètement "aculturated" (càd devenue plus américaine que toutes les américaines), qui s'extasiait devant chaque brochette (le classique "this is soooooo good" "oh my goodness, this food is totally amaaazing").

Samedi nous sommes donc partis à la plage, accessible après une heure de métro: Brighton Beach sur Coney Island. Les plus assidus se souviendront du premier article de ce beulogue, les autres n'ont qu'à y faire un tour.

La différence par rapport à la première fois où j'y suis allé sont 20 degrés et le fait qu'ils avaient ouvert la fête foraine.

Nous y reviendrons.

Tout d'abord nous avons commencé notre promenade par la découverte du quartier russe de New York, Little Odessa, à deux encablures de la mer.

Tout y est écrit en russe, les gens ne parlent pas tous anglais. Nous y avons acheté du saucisson d'enfant, comme l'atteste la photo ci-dessous:

P1010238

Rassurez-vous, il s'agit d'un enfant russe, Alex.

En fait, il y a beaucoup de boucheries dans le coin. Toutes font plus envie les unes que les autres, et les clients s'y pressent.

P1010240

N'empêche, c'est sûrement un des seuls endroits de NY où l'on peut trouver de la langue. Etonnant pour une ville où l'on en parle autant!! (de langues)

 

Beaucoup d'étals se répartissent sous la voie de métro, hyper bruyant quand il passe. Ça doit être un enfer la semaine. Mais ça a un certain charme tout de même, avec le soleil qui se faufilait (beaucoup de boucheries, on l'a dit) entre les claies, baignant d'une lumière douce et chaude les légumes géants (comme des défis à l'impossible), les fruits et les sucreries russes.

A toutes celles qui veulent du vison (mort), venez ici. Ou du caviar.

Demain, nous vous parlerons des curiosités de la fête foraine.

Pour finir, revoici un ami: le Queen Elizabeth II, partant vers l'inconnu. Ou vers l'Angleterre. Nous ne le saurons probablement jamais.

P1010233

Transition parfaite pour souhaiter une bonne fête à toutes les mères.

A très bientôt pour la suite!

P1010243

A la revoyure!